Vivarte : deux plans de sauvegarde de l’emploi annoncés

|

Vivarte tenait un comité de groupe en ce lundi 23 janvier 2017. A la clé, selon les syndicats, qui sont pour l'heure les seuls à s'exprimer : deux plans de sauvegarde de l'emploi et l'annonce de "cessions d'enseignes", sans plus de précisions.

Vivarte annonce deux PSE et des "cessions d'enseignes" pour survivre.
Vivarte annonce deux PSE et des "cessions d'enseignes" pour survivre.

Les premiers à parler, à la sortie du comité de groupe qui se déroulait en ce lundi 23 janvier 2017, sont les syndicats. Lesquels, avant la réunion, diffusaient un peu partout leur crainte de voir quelque 2000 emplois supprimés au sein du groupe de mode français.

Si la direction n’a pas confirmé les chiffres, elle a, en revanche, donné raison à leur pessimisme, si l’on en croit ces mêmes syndicats, à l’issue de l’entretien. Le groupe va ainsi  mettre en place deux PSE (plans de sauvegarde de l’emploi), le premier pour La Halle aux Chaussures, le second pour Vivarte Services, qui s’occupe, pour le groupe, de toutes les fonctions support.

Suppressions d'emploi et cessions d'enseignes

De plus, ces suppressions de postes, non chiffrées, pour l’heure, par le groupe, se doubleront d’un programme de cession d’enseignes. Là encore, pas plus d’informations quant au nom desdites enseignes… Déjà, et depuis l’été 2016, Chevignon, Kookaï et Pataugas, trois des treize marques du groupe en France, se cherchent, pour le moment en vain, des repreneurs. D’autres cessions sont-elles à suivre, ou bien s’agit-il de ces trois marques ? Le plus grand mystère règne encore, pour l’heure.

Un plan en quatre points

Tout juste si l’on sait que la direction de Vivarte a présenté un plan en quatre axes… Premier point : la fusion des sièges de La Halle mode & accessoires et La Halle aux Chaussures. Deuxième point : la « rationalisation » - doux euphémisme pour évoquer des fermetures – du parc de magasins La Halle aux Chaussures. Troisième point : la réorganisation de Vivarte Services. Et, quatrième point : la recherche de repreneurs pour certaines enseignes du groupe.

Pour un complément d’information sur le « comment Vivarte a pu en arriver là », vous pouvez lire les articles publiés par LSA : Patrick Puy réussira-t-il là où tous les autres ont échoué ? et Stéphane Maquaire sauvera-t-il Vivarte ?

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres