Vivarte en passe de se séparer d’André?

|

Selon Europe 1, le groupe Vivarte s'apprêterait à annoncer la cession de son enseigne historique, André, d'ici la fin janvier 2017. Une information que le groupe "ne commente pas".

Vivarte va-t-il céder son enseigne historique, André?
Vivarte va-t-il céder son enseigne historique, André?

Après Kookaï, Chevignon et Pataugas, André maintenant ? Si l’on en croit les informations rapportées en ce mercredi 4 janvier 2017 par Europe 1, Vivarte s’apprêterait à céder André, la marque historique du groupe qui, jusqu’en 2001, portait le nom de l’enseigne…

Enfin « s’apprêterait à céder »… : voudrait céder André plutôt, tant il convient encore de trouver un repreneur, si cession il y a. Une sacrée gageure si l’on se penche sur les chiffres : André est tombée en 2015 à 114 millions d’euros de chiffres d’affaires, soit 10% de moins que lors de l’exercice précédent.

Deux années de pertes successives pour André

Plus inquiétant encore : l’enseigne vient d’enchaîner deux exercices de pertes consécutifs. André, qui était encore profitable en 2013 (1 million d’euros de résultat net), ne l’est plus depuis : 8 millions de pertes en 2014 et 24 millions d’euros en 2015

De quoi donner foi aux assertions d’Europe 1 qui affirme que, « selon (ses informations), l’enseigne est tellement déficitaire que Vivarte ne peut pas simplement vendre l’entreprise, le groupe devrait rajouter de l’argent pour pouvoir la céder et ainsi en faciliter la vente. »

"pas de commentaire"

Du côté de Vivarte, c’est le « pas de commentaire » qui prévaut, tandis qu’une source proche du dossier nous indique, elle, « que le plan stratégique de Patrick Puy (successeur de Stéphane Maquaire en novembre 2016, Ndlr) n’est pas arrêté, et que la cession, ou non, d’André, n’est pas décidée. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres