Vivarte: la justice valide l'accord sur la restructuration de la dette

|
vivarte_logo

Le tribunal de commerce de Paris a validé vendredi l'accord de restructuration de la dette du distributeur textile et de chaussures Vivarte, d'un montant de 2,8 milliards d'euros, lui permettant de diviser cette dernière des deux tiers, a annoncé vendredi le groupe.

 

"Le Tribunal de Commerce de Paris, après avoir examiné l'accord du groupe Vivarte avec ses prêteurs, déposé lors de l'audience du 31 juillet, vient de rendre une décision positive et homologue ce dernier", indique Vivarte dans un communiqué.

 

Jeudi, la société, qui détient notamment les enseignes André, Naf Naf et la Halle, avait annoncé être parvenue, après plusieurs mois de négociations, à un accord avec ses créanciers pour assainir sa situation financière.

 

Aux termes de la procédure, le groupe verra ainsi son endettement réduit à 800 millions d'euros et bénéficiera également d'une injection de 500 millions d'euros supplémentaires, destinés à renforcer sa structure financière et son programme d'investissements et de transformation.

 

L'accord, qui a obtenu l'approbation "à l'unanimité des 116 prêteurs", passera par une transformation d'une partie de la dette en capital, qui sera ensuite racheté par une partie des anciens créanciers du groupe. Il se traduira donc par un changement d'actionnariat et du mode de gouvernance.

 

Auparavant détenu par les fonds d'investissement Charterhouse, Chequers et Sagard, Vivarte aura désormais comme actionnaires de référence les fonds Oaktree, Alcentra, GoldenTree et Babson.

 

Ces derniers, avec plusieurs autres prêteurs ont accepté de convertir "en fonds propres et quasi-fonds propres" le solde de 2 milliards d'euros de l'ancienne dette du groupe, et de les racheter pour monter au capital de l'entreprise.

 

Une nouvelle gouvernance "renforcée" sera mise en oeuvre: elle sera composée d'un conseil d'administration, présidé par l'actuel PDG du groupe, Marc Lelandais, et qui comprendra 9 membres "représentants des actionnaires, de la direction et experts du secteur", indique le communiqué.

 

Vivarte, ex-groupe André, regroupe 22 enseignes de textile et de chaussures dont André, Caroll, Chevignon, Kookaï, la Halle, Minelli, Naf Naf et San Marina. Il réalise un chiffre d'affaires annuel de 3 milliards d'euros dans 4.500 points de vente.

 

Le groupe s'était lourdement endetté à la suite de son rachat par LBO (acquisition financée par de la dette) en 2007, avant le début de la crise financière. Ne pouvant plus faire face à ses échéances, il avait demandé en début d'année à ses créanciers de renégocier le montant de sa dette.

 

Confronté à la concurrence des mastodontes internationaux du textile (H&M, Zara, Primark...), Vivarte a entamé depuis plusieurs mois une refonte totale de son offre et de ses concepts de magasins, notamment sur son enseigne-phare, La Halle, dont l'activité restait toujours dans le rouge fin 2013.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations