[Edito] Vive l'innovation!

|
yves puget

Il ne faut pas en douter. La sortie de crise ne passe pas par un monde rabougri, par une population et des entreprises repliées sur elles-mêmes et par de la déconsommation. Pour s’en sortir, donc pour assurer le pouvoir d’achat de chacun et garantir du travail au plus grand nombre, il convient d’innover plus que jamais. D’abord parce que l’innovation crée de la croissance et, comme chacun sait, un marché qui n’innove pas est un marché qui recule, et même qui se paupérise. Dans ce numéro, LSA décrit ainsi 12 tendances pleines de promesses, de l’upcycling à l’emballage comestible en passant par la viande de synthèse. Et vous y découvrirez même les lancements 2021 les mieux notés par les Français !

Ensuite, il convient de ne pas cantonner cette fameuse innovation aux produits. Il s’agit avant tout d’un état d’esprit. De celui qui, dans une chaîne de production, trouve la petite idée qui permettra de gagner du temps ou d’économiser un peu de matière première. Ou de celle qui propose une nouvelle méthode de travail dans un magasin ou au siège social.

Il faut en être convaincu : l’innovation fait vendre, stimule, motive, allège les tâches, évite une forme de routine, donne des perspectives… Sans elle, dans la vie professionnelle comme dans la vie personnelle, les heures et les jours ne font que se succéder sans aspérités. Le «monde d’après» ne peut pas être qu’un bégaiement du monde d’avant. Sans rêve, sans grain de folie et sans émulation collective. Pour ne pas tomber dans ce piège, l’innovation dépend certes des entrepreneurs, de leur envie de «casser les codes» et de leurs capacités financières. Mais elle ne peut se concevoir sans le rôle de l’État, qui se doit d’aider à la construction d’un écosystème résilient, capable de traverser les prochaines crises. Il revient au gouvernement, quel qu’il soit, de soutenir financièrement les entreprises françaises (et celles disposant de sites industriels en France) en allégeant les impôts de production, en favorisant les investissements dans la recherche et le développement et en proposant un véritable plan de ­relance économique pour l’industrie et le commerce. Mais aussi en ne multipliant pas ces contraintes, taxes et impôts (loi Climat…) qui abaissent la compétitivité des entreprises et créent de fait une véritable distorsion de concurrence avec d’autres pays. Et, vieille habitude française, les élus ne doivent pas voter trop de lois complexes ou aux effets pervers évidents (projet de loi Egalim 2…).

Voilà les conditions pour que les petites et grandes entreprises anticipent cet avenir que l’on prédit digital et que l’on veut aussi environnemental et responsable. Et pour que les dirigeants préparent leurs équipes (le fameux capital humain) aux métiers et aux enjeux de demain, avec des organisations et structures plus souples et plus modulaires.

Après ces nombreux mois de pandémie, il est urgent de rallumer cette flamme de l’innovation, de retrouver cette jubilation qui fait parfois défaut. C’est pourquoi les Trophées de l’innovation LSA reviennent le 8 décembre (les candidatures sont ouvertes jusqu’au 8 octobre sur LSA.fr). L’idée est simple: clôturons ­ensemble cette année 2021 par des notes d’espoir, en valorisant tous ceux et celles qui ont osé innover!

ypuget@lsa.fr @pugetyves

A savoir

Les Trophées de l’Innovation LSA reviennent. La cérémonie se déroulera le 8 décembre. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 8 octobre. Nous vous attendons nombreux pour clôturer de manière festive cette année 2021 !

Informations et candidatures : https://evenements.infopro-digital.com/lsa/evenement-trophees-de-l-innovation-lsa-2021-p-13904#/

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2656-2657

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous