Vive le lundi !

|
Enseigne emblématique du débat autour de l'ouverture dominicale et nocturne, Sephora devrait être fixée sur son sort pour le magasin des Champs-Elysées en début d'année.
Enseigne emblématique du débat autour de l'ouverture dominicale et nocturne, Sephora devrait être fixée sur son sort pour le magasin des Champs-Elysées en début d'année.

"Absurde, grotesque, démesuré". Ces trois adjectifs qui correspondent à la définition de "ubuesque" donnent bien le ton du débat autour de l’ouverture des commerces le dimanche qui a agité toute l’année le milieu des distributeurs et des salariés, premiers concernés bien sûr, jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir politique.

Il faut remonter à 2009, date de la dernière loi ( Mallié) sur l’ouverture des commerces le jour du Seigneur, pour trouver pareille agitation au sujet d’un thème visiblement crucial pour notre société de consommation. En 2013, la situation est devenue digne d’une pièce de Feydeau.

Les uns (Bricorama) se sont attaqués aux autres (Castorama et Leroy-Merlin), les salariés, plus ou moins manipulés par des patrons furieux de ne pas pouvoir commercer quand bon leur semble, se sont retournés contre un pouvoir censé les représenter (les syndicats). Au monde d’Ubu, seuls les juges ont gardé la tête froide, réitérant dans chacune de leurs décisions, le droit, le droit et encore le droit.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message