Marchés

Vive le rose, mais gare aux abus !

|

Aucun rapport avec l'actualité politique mais, affirme la dernière édition en date de la lettre Tendance et Innovation, le rose est à la mode. Considérée comme « une nuance apaisante du rouge », la teinte véhicule des valeurs plutôt positives (le clergé catholique l'utilise même pour les jours de pause qui interrompent le Carême !) et symbolise la jeunesse. Mais reste déconseillé aux jeunes femmes, du moins en matière d'habillement, car « il infantilise, puis vieillit brutalement, allant même parfois jusqu'au ridicule ». Parade possible : le fuschia, moins mièvre, mais à manipuler avec précaution car « il peut devenir "cucul girl" lorsqu'il a contaminé trop de surface ». Les intéressées apprécieront.

Évidemment associé au monde de la cosmétique, il est utilisé pour les produits agroalimentaires revendiquant un positionnement « santé », de l'Essensis de Danone au Minute Maid 16 vitamines. Chez Buitoni ou Auchan, c'est la symbolique « ethnique » du rose qui est revendiquée. Sauce méditerranéenne à l'aubergine ou préparations indiennes l'affichent comme un label d'origine. Pour un peu, on croirait lire un programme de campagne électorale !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter