Vive le sport !

|

Vous ne la connaissez probablement pas et pourtant elle fait la une de LSA ! Lelo-Patricia Kiala est vendeuse au rayon running chez Go Sport. Championne de triple saut, elle rêve de participer aux jeux Olympiques de Rio en 2016. De la page 68 à la page 71, vous découvrirez aussi Sandy Scordo, vendeuse à La Grande Récré, huit fois championne de France de karaté. Quant à Nadia Benmokhtar, elle travaille au sponsoring chez Carrefour et a été quart de finaliste de la Coupe d'Europe de football avec son équipe de Juvisy. Enfin, l'escrimeuse Delphine Bernard, hôtesse de caisse chez Décathlon, espère participer cet été aux jeux Paralympiques de Londres. Cette semaine, LSA met ces sportives à l'honneur : la rédaction a voulu marquer à sa façon le début d'un été très sportif entre Roland-Garros, Wimbledon, des grands prix de F1, le Tour de France, le Championnat d'Europe de football et, bien sûr, les JO de Londres. Pour la grande consommation, cette séquence athlétique n'a rien d'anecdotique. D'abord parce que ce marché se porte relativement bien. Dans un secteur du non-alimentaire en complète dégringolade, les chaussures, ballons et autres raquettes ont généré 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Soit une hausse de 2% ! Pas si mal en temps de crise. Il est vrai que 8 Français sur 10 pratiquent aujourd'hui une activité sportive, et que de nouvelles disciplines prennent leur envol (comme le foot à cinq).

Ces grands événements ont surtout la grande capacité d'orienter à la hausse le moral des Français. Une écrasante victoire des Bleus lors de l'Euro de football rappellerait immanquablement l'historique succès des coéquipiers de Zidane le 12 juillet 1998. À l'inverse, une rapide élimination engluerait nos compatriotes dans leur léthargie. Les multiples plans sociaux, les éventuelles grèves de la rentrée ou les éternelles hausses de prix prenant le pas sur les festivités et la soif d'acheter. Soutenir nos athlètes revient donc presque à soutenir... la consommation.

« En recrutant des sportifs, les distributeurs savent pertinemment qu'ils embauchent des personnes qui ont l'esprit de compétition et d'équipe. »

 

Yves Puget, directeur de la rédaction

 

Enfin, cette période est aussi l'occasion de mettre en exergue les valeurs du sport. Car en recrutant des sportifs, les distributeurs savent pertinemment qu'ils embauchent des personnes qui ont l'esprit de compétition et le sens du travail en équipe. Les quatre jeunes femmes que nous mettons cette semaine à l'honneur montrent cette facette trop ignorée de la grande distribution. Ces femmes, mais aussi ces hommes, qui se servent du commerce comme ascenseur social mais, surtout, qui trouvent, dans les magasins, des challenges qui correspondent à leur caractère. Ces compétiteurs dans l'âme ont besoin de cette adrénaline, tout autant que les managers ont besoin de ces personnes passionnées, capables de déplacer des montagnes. Et justement, le commerce, contrairement à ce que certains pensent ou ont voulu penser, n'est pas juste une affaire de process. C'est avant tout une question de dynamique au service des consommateurs. Et celui ou celle qui en fera toujours un peu plus - une animation percutante, un rayon rangé, un linéaire plein, une allée propre, un sourire convaincant, une explication précise... - passera toujours devant celui qui se contente de respecter les consignes. Et dans ce cas-là, nous ne sommes plus très loin des valeurs sportives, et très proches de l'esprit d'équipe...

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2231

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous