Les recettes malhonnêtes de certains marchands (chinois) pour remonter sur Amazon

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Certains vendeurs, notamment basés en Chine, utilisent des techniques à la limite de la légalité pour vendre plus sur Amazon. Ils produisent notamment de faux commentaires et gonflent artificiellement leurs ventes, selon le Wall Street Journal.

amazon-300
amazon-300© Amazon

Faux commentaires, ventes gonflées artificiellement, pots-de-vin… Certains vendeurs, notamment en Chine, utilisent des moyens plus que limite pour faire remonter leurs articles au-dessus de la masse de plus de 500 millions de produits proposés sur le site d'Amazon aux US par exemple, selon une enquête du Wall Street Journal datée du 17 décembre.

Certains vendeurs de la place de marché mettent leurs produits en avant dans de faux commentaires générés de façon industrielle, par des logiciels. "Ces critiques sont prises en compte par Amazon pour classer les articles proposés, car les internautes s'y fient de plus en plus pour acheter, il est même possible aujourd'hui de classer les articles en fonction de ces commentaires, d'exclure les produits qui ont moins de 3 étoiles de ses résultats de recherche", explique Greg Sterling, vice-président de la stratégie pour l'association Local Search.

Plomber la réputation de ses concurrents

Amazon a beau suspendre ces vendeurs lorsqu'il identifie ces pratiques grâce à des solutions basées sur l'intelligence artificielle, qui analysent les commentaires postés chaque jour sur son site, cela ne suffit pas à éradiquer cette pratique : "ces marchands disposent souvent de plusieurs comptes. Si l'un d'entre eux est suspendu, il leur suffit de changer ou même d'en créer un nouveau", pointe le Wall Street Journal.

Ces vendeurs malhonnêtes plombent également la réputation des produits de leurs concurrents en postant de faux commentaires négatifs. Ils vont même parfois plus loin, en signalant à Amazon que leurs compétiteurs commercialisent des produits dangereux ou contrefaits. Le système automatisé d'Amazon supprime immédiatement ces articles des résultats de recherche. Une mésaventure qui est arrivée cette année pendant le week-end entre le Black Friday et le Cyber Monday à Meir Simhi : "je me suis réveillé un matin et j'ai regardé mon ordinateur. Le montant de mes ventes était égal à zéro. Mes produits best-sellers avaient été suspendus. Cela arrive tout le temps. Cela peut me coûter des dizaines de milliers de dollars par an", explique le vendeur chinois.

Tricher sur les ventes

Ces marchands trichent aussi sur les ventes, pour décoller dans le classement d'Amazon. Ils commissionnent des entreprises tierces pour racheter une partie de leur stock sans jamais livrer les produits, qui sont immédiatement remis en vente. Certains professionnels chinois ont même envoyé aux Etats-Unis des boites vides, postées à des adresses choisies de façon totalement aléatoire, pour faire artificiellement décoller leur activité dans le pays.

Ces entreprises déloyales n'hésitent pas à verser des pots-de-vin, de 80 à 2000 dollars en moyenne estime le journal, à certains salariés d'Amazon en Chine. En échange, ces derniers effacent des commentaires négatifs, restaurent des comptes vendeurs radiés… Une enquête interne est en cours chez Amazon en Chine pour débusquer les salariés qui auraient empoché des bakchich.

"Nous travaillons dur chaque jour pour gagner et garder la confiance de nos clients et vendeurs. Les entreprises qui essaient de briser cette confiance et d'abuser notre système ne représente qu'une infime fraction de l'activité de notre plateforme. Pour les combattre, nous utilisons des outils sophistiqués, basés notamment sur le machine learning. Il est de plus en plus difficile à ces sociétés de se cacher", répond Amazon.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA