Marchés

Vols en magasins : un fléau en légère baisse

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier Les vols en magasins ont baissé de 4,8% pour atteindre 1,29 % du chiffre d’affaires, selon une étude Checkpoint sur la situation mondiale de la démarque inconnue dans le commerce. Quel montant global cela représente-t-il ? Que vole-t-on le plus, où et par qui  ? Le point sur la démarque inconnue en chiffres.

Pour lutter contre les vols, les distributeurs uliisient en priorité les portiques EAS placés à la sortie du magasin
Pour lutter contre les vols, les distributeurs uliisient en priorité les portiques EAS placés à la sortie du magasin

Pas moins de 96,8 milliards d’euros disparaissent ainsi des rayons… En France, la facture se monte à 4,4 milliards d’euros. L’équivalent des ventes annuelles de whiskys, de champagne, d’apéritifs anisés et de chips ! Tel est le résultat de l’enquête annuel de Checkpoint sur les vols en magasins.

Côté pays, c’est en Norvège que les consommateurs volent le moins (0,83 % des ventes) et au Mexique (1,7 %) que les produits disparaissent le plus.Le taux mondial moyen de la démarque inconnue (24 pays) s’établit à 1,29% des ventes du commerce. Soit la bagatelle de 128,51 milliards de dollars. Heureusement, ce fléau baisse sur un an de 4,8 % avec un taux moyen 1,36 % du chiffre d’affaires.

 

Des disparités régionales

L’Europe a enregistré un taux de démarque inconnue de 1,13 %, une amélioration par rapport à l’année précédente, soit une valeur de 30,2 milliards d’euros. Les pays ayant enregistré les taux de démarque inconnue les plus élevés ont été la Finlande (1,39 %), l’Espagne (1,36 %) et la Russie (1,35 %), tandis que la Norvège (0,83 %), le Royaume Uni (0,97 %) et la Turquie (0,99 %) ont présenté les taux les plus bas. «Si globalement, la démarque inconnue est en baisse, en France, elle reste stable», constate Patrice Bahuaud, directeur général de Checkpoint France.

Investissement en % du CA pour lutter contre la démarque inconnue et taux de démarque inconnue par rapport au CA

Des investissements en hausse

Il est vrai que, mondialement, les distributeurs investissement lourdement pour lutter contre les vols. «Ils reconnaissent que la prévention des pertes a un coût. Ils en voient aussi le retour sur investissement», assure Patrice Bahuaud. Autre signe encourageant, beaucoup de commerçants parlent d’une collaboration accrue entre eux et les fournisseurs, notamment avec le principe de la protection à la source (intégrer une étiquette antivol dès la fabrication du produit). «Aujourd’hui, dans un hypermarché Français, plus de 5000 références sont déjà protégées à la source. Un chiffre en croissance de 15 à 20% par an», estime Patrice Bahuaud. Il est vrai que le prix de l’étiquette est tombé à environ 10 centimes d’euro, soit dix fois moins qu’il y a dix ans! Globalement, Hong-Kong (1,51% du CA), l’Espagne (1,38%) et la Finlande (1,37%) sont les pays qui investissent le plus alors que la Turquie (0,12%), la Pologne (0,23%) et la France (0,49%) sont en queue de peloton.

Les pratiques de prévention des pertes les plus utilisées 

Des vols des clients… et des salariés

Mais qui commettent ces fameux vols? En Europe, le vol à l’étalage arrive en tête (38,6% de la démarque inconnue), devant les pertes administratives (24,8%), les vols par les employés (21,9%) et les fraudes des fournisseurs (14,7%). Là aussi, il existe de fortes disparités entre les pays puisqu’en Amérique Latine, la fraude due aux fournisseurs et industriels grimpe à 31%! En Allemagne, les vols commis par les employés malhonnêtes et les pertes liées aux erreurs administratives augmentent, tandis que le vol à l’étalage et la fraude due aux fournisseurs baisse. En Espagne, les cas de vol à l’étalage diminuent, tandis que la fraude due aux fournisseurs et les pertes liées aux erreurs administratives augmente. Autre exemple, la Russie enregistre la plus forte incidence de vols commis par des employés malhonnêtes, tandis que la fraude due aux fournisseurs reste le principal facteur de la démarque inconnue en Suède.

 

Enfin, il ne faut pas oublier un bon vieux principe de base «plus un magasin est propre et bien éclairé, plus les consommateurs le voient… et les voleurs aussi», conclut Patrice Bahuaud.

La méthodologie
L’étude, commanditée par Checkpoint Systems, a été réalisée en 2014 par The Smart Cube et Ernie Deyle, expert de la prévention des pertes. Elle est basée sur des entretiens téléphoniques pour les éléments qualitatifs et des questionnaires en ligne couvrant les informations quantitatives. Elle a été conduite dans 24 pays, auprès de 222 distributeurs représentant un chiffre d’affaires de 560 milliards d'euros en 2013.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA