Vranken Pommery sur de bons rails

|

Le groupe champenois a fini d’intégrer la société viticole Listel, ce qui fait bondir son chiffre d’affaires. Il se tourne vers les Etats-Unis pour développer ses ventes de champagne.

Ce matin, Paul-François Vranken, PDG éponyme du groupe champenois, présentait ses résultats 2010. Son chiffre d’affaires est passé de 269,8 millions d’euros en 2009 à 364,4 millions d’euros en 2010 car l’activité de Listel (55,4 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010), société viticole dans laquelle Vranken Monopole a investi depuis 2005, est maintenant totalement intégrée. Mais aussi grâce à la reprise du marché du champagne tant en France (48% du chiffre d’affaires) qu’à l’export (52%).
En revanche, le producteur de champagne publie un résultat net de 14,7 millions d'euros en 2010, contre 18,2 millions d'euros en données publiées pour l'exercice précédent. Un tassement dû aux investissements nécessaires au développement du groupe sur le marché mondial. Notamment aux Etats-Unis, là où Paul-François Vranken assure que « le potentiel pour le champagne est plus important qu’en Asie ». De fait, le continent nord-américain ne consomme que 7% du champagne, soit 19,5 millions de cols par an (11,2 millions de cols en Asie). La consommation de ce vin effervescent reste majoritairement européenne (87%, soit 258 millions de cols). Le patron a d’ailleurs investi 1,4 millions d’euros dans sa filiale américaine forte de 20 salariés en vue d’introduire deux de ses marques, Pommery et Heidsieck Monopole, dans le off trade (grande distribution, cavistes et drugstores). La crise champenoise est donc bien terminée. D’ailleurs, sur le marché de la distribution française, le PDG anticipe une hausse du prix du champagne de 3 à 4% (ou un euro pour un champagne à 17 euros) car ce nectar, dopé par la demande internationale, se fait rare. « Cela va continuer », anticipe Paul-François Vranken.
Concernant ses vins tranquilles, Listel et Billette, regroupés dans Listel,le dirigeant compte peu à peu abandonner la production de vins génériques dont des MDD pour se consacrer aux têtes de cuvées, soit des élixirs plus valorisés. Il compte aussi développer la production de vins effervescents car Listel est doté d’un outil adéquat. Ces vins, appelés sparkling wines, se vendent très bien sur le marché américain.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter