Whirlpool accroît ses investissements en France

|

A l'occasion de la présentation de son bilan 2011, le groupe d'électroménager a annoncé son intention d'investir fortement en France cette année. 18 millions d'euros sur 3 ans. Une stratégie visant à accentuer la création de valeur sur le marché.

Jean-Jacques Blanc, président du GIFAM

"En période de crise, certaines entreprises ont tendance à limiter leurs investissements. Nous, nous avons décidé de faire l'inverse", déclare Jean-Jacques Blanc, président directeur général de Whirlpool France. A l'occasion de la présentation du bilan annuel du groupe, qui a achevé son année 2011 avec un chiffre d'affaires mondial de 18,7 milliards de dollars en hausse de +2% et un bénéfice net de 390 millions d'euros, le P-dg de la filiale française a annoncé le lancement d'un important programme d'investissement sur la France : "L'Hexagone est notre premier marché en Europe, et le quatrième dans le monde. De plus, Whirlpool y est, depuis 2011, le premier groupe en pose-libre en volume et en valeur, grâce aux performances de Whirlpool et Laden mais aussi de KitchenAid en petit électroménager. C'est pourquoi nous avons choisi la France pour porter le projet d'investissement le plus important en Europe", explique Jean-Jacques Blanc.
Parmi les mesures annoncées, le groupe compte développer ses modèles de démonstration, qui ont connu un fort succès en magasins en 2011, et d'implanter 1000 nouveaux appareils permettant, grâce à une paroi transparente, de démontrer le fonctionnement et l'innovation du produit dans les points de vente. Sur Internet également, la marque veut investir afin de mieux valoriser ses produits, avec notamment la création d'une structure dédiée autour du marketing digital. Le groupe entend ainsi recruter une trentaine de nouveaux collaborateurs sur deux ans, dont une quinzaine dès cette anée.
Mais ce n'est pas tout : l'année 2012 signera également le grand retour de Whirlpool à la télévision, avec deux importantes vagues publicitaires, centrées sur son offre en encastrable, le segment le plus dynamique actuellement du gros électroménager. Par ailleurs, le groupe compte également investir 3 millions d'euros supplémentaires, qui s'ajouteront aux 29 millions d'euros déjà investis ces trois dernières années, dans son usine de sèche-linge d'Amiens, qui produit actuellement quelque 430 000 pièces par an, dont plus des deux tiers sont exportés.
L'ensemble de ses investissements devrait représenter une enveloppe d'au moins 18 millions d'euros sur trois ans. Une stratégie résolument offensive qui vise, non pas à gagner en volume, mais à préserver et accroître la valorisation de la marque et de ses produits. "Sur un marché où nous enregistrons une importante baisse des prix moyens, nous pensons qu'il n'y a pas de fatalité et qu'il faut sortir de ce cycle d'appauvrissement du secteur", explique Jean-Jacques Blanc. L'année 2012 s'achèvera en apothéose avec le lancement de la solution globale Green Kitchen, un nouveau concept de cuisine écologique.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message