Marchés

Windows Phone 7, l'anti-iPhone de Microsoft

|

DossierLe nouveau système d'exploitation pour smartphones de Microsoft renouvelle le genre avec quelques innovations malignes. Objectif pour Microsoft : améliorer ses positions dans la mobilité.

« Nous avons voulu être humbles, cette fois, avec un système audacieux complètement repensé. »

Nicolas Petit, directeur marketing de la division internet et mobile de Microsoft France

Pied au plancher. Cette fois, c'est sûr, Microsoft est prêt à foncer sur l'autoroute du mobile pour rattraper ses petits camarades. Car, avec moins de 10% du marché des systèmes d'exploitation des smartphones en France, l'américain est très loin derrière Google Apple et Nokia. Une position inconfortable pour Microsoft, qui se retrouve dans la peau d'une tortue malchanceuse. Une tortue partie tôt dans la course - en 2003 -, mais rattrapée puis dépassée par des lièvres plus malins. « Nous avons voulu être humbles, cette fois, avec un système audacieux complètement repensé », explique Nicolas Petit, directeur marketing de la division internet et mobile de Microsoft France.

 

2 000 applications au départ

Windows Phone 7 tire pleinement parti des écrans tactiles avec ses menus sous forme de hubs, de grandes fenêtres interactives qui rassemblent les diverses applications par thème (actu, jeux...) et sont mises à jour en temps réel. Une réussite esthétique. Mais Microsoft ne s'est pas contenté de seule cosmétique. Un app store est créé, avec 2 000 applications au lancement. Et de nouvelles fonctions - accès au Zune Marketplace (musique, vidéo) ou à Xbox Live - permettent de prolonger « l'expérience Microsoft » en mobilité. Avec le dernier Windows Phone, Microsoft a réussi à faire travailler ensemble toutes les divisions du groupe. « Leur retard est comblé, estime Xavier Debbasch, consultant spécialisé dans le mobile pour Airweb. Plutôt que de relooker ce que faisaient les autres, ils ont créé la rupture. » Ne reste plus qu'à le vendre.

Évidemment, Microsoft ne conçoit pas de terminaux. En France, ce sont HTC, LG et Samsung qui ont proposé les Windows phones. Depuis le 21 octobre, cinq mobiles (trois HTC, un Samsung et un LG) sont commercialisés avec la nouvelle interface chez les trois opérateurs. Côté budget marketing, c'est du très costaud puisque, selon l'analyste américaine Kim-Mai Cutler (Venture Beat), Microsoft aurait débloqué 500 millions de dollars pour sa campagne mondiale, dont 100 millions pour aider les développeurs d'applications.

 

Une large cible potentielle

En France, un spot tourne depuis quelques jours sur les écrans. On peut y voir des passants tellement absorbés par leur téléphone qu'ils en font n'importe quoi. Le slogan : « Il est temps qu'un téléphone nous fasse décrocher du téléphone. » Une manière de marquer encore sa différence. L'artillerie est lourde, mais la guerre est-elle encore gagnable pour Microsoft ? « Le marché est très ouvert, 80% des Français ne sont pas encore équipés de smartphones, précise Nicolas Petit. Nous voulons entrer de nouveau dans le top 3 des navigateurs mobiles en France qui se situe à 15% de part de marché. » Beau match en perspective.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message