World Retail Congress : do you speak "distribution" ?

Le World Retail Congress a ouvert ses portes ce matin, et pour trois jours, au Cnit de la Défense. La session d’ouverture a été confiée à Georges Plassat, PDG de Carrefour.

Georges Plassat
Georges Plassat

Dans un amphithéâtre archicomble, où l’anglais est de rigueur, le patron du numéro 2 mondial du « retail » s’est livré à une analyse très classique de son mandat, entre « back to basic » et « customer centric », le nez dans ses notes. Quel dommage ! La langue de Shakespeare n’est visiblement pas sa tasse de thé et le Georges Plassat dans le texte, tellement plus truculent dans sa version française, n’a pas survécu à la traduction. Juste après son speech, il ne lui a pas fallu longtemps pour se faire (gentiment) rabrouer par Juliet Mann, la journaliste de CNN chargée d’animer les débats, alors qu’il venait de lui répondre dans sa langue maternelle. « Mais tout le monde parle français ici ! », a-t-il répliqué, prenant la salle à témoin.

Un peu plus tard, c’est l’intervention du patron de Tesco Corée, l’honorable SH Lee, qui a été sabotée par la perfide Albion. Attention, votre serviteur, bien qu’ayant été un LV1 anglais souvent bien noté, dit cela avec toute l’humilité qui convient. Mon coréen serait heureux d’arriver ne serait-ce qu’à la cheville de l’anglais de ce Coréen (vous suivez ?). Mais il faut bien reconnaître que le discours de SH Lee a été rendu en grande partie incompréhensible à cause de son accent, sauf peut-être aux anglophones de naissance. Encore une fois, quel dommage ! Tesco Corée a récemment fait parler de lui dans le monde entier grâce à un mur digital ultra innovant. Quel distributeur n’aurait pas voulu en savoir plus, et en détail, sur sa vision du digital, du cross canal ?

Dans Lost in Translation, le premier succès de Sofia Coppola, une des scènes clés montre un Bill Murray désarmé face à un réalisateur de publicité japonais dont les longs discours animés sont invariablement traduits en deux ou trois mots par son assistante. Le flegme imperturbable de Bill Murray rend la séquence très drôle. Si on ne peut pas reprocher à Georges Plassat d’en avoir  manqué ce matin, il n’est pas sûr que les distributeurs venus du monde entier aient beaucoup ri... Pourtant, le patron de Carrefour a tout de même réussi à marteler l’importance qu’il faut donner au terrain, à la relation client, au respect des particularités locales. Le World Retail Congress serait bien inspiré de l’écouter ! Il n’y a pas de honte à être « distributeur » en France, « distribuidor » au Brésil, « Einzelhändler » en Allemagne, sans être un « retailer » à l’étranger. Dès demain, il va de toute façon devoir changer son fusil d’épaule : Serge Papin, patron de Système U a refusé tout net d’intervenir en anglais !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter