Xavier Beulin et Serge Papin font monter la température sur le prix du lait

|

Le président de la FNSEA était particulièrement remonté contre Serge Papin, président de Système U, sur les prix du lait. Xavier Beulin estime que les propos de Serge Papin "font du bruit dans la plaine" et qu’il ne "devra pas s’étonner s’il y a des magasins qui crament". Vous pouvez, par ailleurs, toujours donner votre avis sur les négociations commerciales sur LSA.fr.

Xavier Beulin furieux contre Serge Papin à l'annonce du prix de négociation du lait
Xavier Beulin furieux contre Serge Papin à l'annonce du prix de négociation du lait

Le président de la FNSEA, qui invitait la presse pour évoquer les Etats Généraux de l’Agriculture qu’il convoque le 21 février prochain, s’est subitement enflammé lorsqu’il a été interrogé sur la "personnalité de la distribution" qui viendrait s’y exprimer, Michel-Edouard Leclerc ou Serge Papin. "Serge Papin, avec les propos qu’il a tenus hier, annonçant qu’il ne veut pas payer le prix du lait à sa juste valeur, c’est irresponsable. Proposer 32 cts [les 1000 litres ndlr] alors que les cours mondiaux sont à 45 cts, il ne faudra pas s’étonner s’il y a des magasins qui crament, je peux vous dire que ca fait du bruit dans la plaine. J’aurais préféré qu’au lieu de dire qu’il est contraint de suivre les autres enseignes sur les prix, il s’en démarque".

Crise du lait à venir

Le président de Système U avait annoncé "une crise du lait dès la fin des négociations" et précisé que le ministre de la Consommation, Benoît Hamon, "aurait du boulot sur le sujet jusqu’à l’été". Le prix du lait fait l’objet de rudes négociations entre tous les acteurs de la filière, les industriels se plaignant que les centrales d’achat ne veuillent pas accepter leurs tarifs. Le président de la Fédération des coopératives laitières, Dominique Chargé, indiquait d’ailleurs qu’aucune grande entreprise n’avait réussi à avancer dans les négociations, et "seules des TPE ont été contraintes d’accepter une hausse de 1% qui ne correspond pas du tout à l’évolution des cours du lait à la production".

Jeunes Agriculteurs salue... le propos de Serge Papin

De leur côté, les jeunes agriculteurs (JA, proches de la FNSEA) ont publié ce matin un communiqué "sur les propos de Serge Papin qui vient de prédire une nouvelle crise du lait en France dès la fin des négociations commerciales entre la grande distribution et ses fournisseurs, prévue fin février, comparable à celle que nous avons connue l'an dernier".  Selon M. Papin, poursuit le communiqué, "alors que la guerre des prix entre distributeurs continue de faire rage en France, les négociations commerciales qui se tiennent actuellement sont en train de suggérer à la production de revenir à un prix du litre de lait à 32 centimes d'euros", soit le prix auquel il était avant la crise de l'an dernier. Il dénonce également le manque de responsabilité des leaders de la grande distribution en France sur ce dossier. "Jeunes Agriculteurs ne peut que saluer ce coup de gueule », à condition bien entendu, que ce ne soit pas une manière de se couvrir, d’une potentiel baisse des prix, ou de négociations compliquées".

Manque de coordination... rurale !

Visiblement, les JA et la FNSEA n’avaient pas partagé leurs éléments de langage… Un manque de coordination rurale, en quelque sorte ! De son côté, Serge Papin était très actif sur Twitter, pour expliquer ses propos sur la crise du lait qu’il prédit, en s’appuyant sur un communiqué de la MSA (mutuelle des agriculteurs) qui fait valoir une crise dans les exploitations et une diminution continue de celles-ci. Les esprits pourraient bien continuer de s’échauffer sur la question du prix du lait, d’une part en raison de la tension qui règne lors de la fin des négociations qui doivent se clore le 28 février, et surtout parce que le Salon de l’Agriculture, qui s’ouvre le 22, est traditionnellement le lieu où s’expriment des déclarations tonitruantes.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter