Xavier Beulin (FNSEA) réclame une nouvelle hausse de la TVA

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Alors que la hausse de la TVA vient tout juste d’entrer en vigueur, pour un coût estimé à 7 milliards d’euros, le président de la FNSEA demande une nouvelle augmentation pour alléger le coût du travail et les charges des entreprises…

Xavier Beulin

Le président de la FNSEA veut visiblement profiter du climat d’espoir donné aux entreprises par le Président de la République lors de ses vœux pour appeler à une nouvelle hausse de la TVA, alors que celle-ci vient à peine de voir ses taux relevés de 7 à 10% pour les services et de 19,6% à 20% pour la plupart des produits de consommation. "Le CICE n’est pas une mauvaise mesure, mais il est plus compliqué qu’une hausse de la TVA, c’est pourquoi je suis pour la TVA sociale pour réduire les coûts salariaux, a indiqué Xavier Beulin lors d’une conférence de presse. Sa mise en place a été ratée à cause d’une bévue en 2007, mais l’idée reste bonne. Nous savons précisément combien rapporte 1 point de TVA. Avec l’économiste Christian Saint Etienne, nous avions même réfléchi aux modalités de mise en place, avec notamment une augmentation de salaire de 30 euros jusqu’à 1,5 Smic pour diminuer l’effet sur les salariés". Lors de la dernière élection présidentielle, il réclamait un taux de 8,5 % sur l'alimentation et 22,6 % pour le taux "normal", afin de dégager 33 milliards d'euros des ménages vers les entreprises.  

La grande distribution invitée au débat

Le président du syndicat agricole majoritaire va également organiser des Etat généraux de l’Agriculture, avec Coop de France et les Chambres d’Agriculture, d’ici fin janvier. Xavier Beulin a indiqué que le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, sera présent, de même que Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et Guillaume Garot, ministre de l’Agroalimentaire. "La grande distribution sera invitée à s’exprimer, car nous devons avoir une ambition commune. J’ai déjà eu l’occasion de dire à Michel Edouard Leclerc qu’il est l’un des premiers bénéficiaires du CICE. Je comprends qu’il cherche à en faire bénéficier le consommateur, mais j’aimerais aussi qu’il y ait une part qui nous revienne". 

CICE, fusil à un coup

Philippe Mangin, président de Coop de France, est revenu sur la forte volatilité des matières premières et des difficultés à répercuter les prix à la distribution, tout en réclamant le CICE au bénéfice des coopératives. Une annonce devrait être faite par le Premier ministre sous peu à ce sujet, probablement sous la forme d’allégements de charges salariales comme pour les associations non lucratives. Les Etats généraux de l’Agriculture se tiendront juste avant le salon de l’Agriculture, et quelques mois avant l’élection du président de la FNSEA, lors de laquelle il serait étonnant que Xavier Beulin ne soit pas candidat à sa succession. Forcément, la compétitivité restera un thème de campagne, et relancer le débat sur la TVA sociale est naturellement réfléchi. Car le CICE n’est qu’un fusil à un coup, qui va délivrer 20 milliards d’euros aux entreprises sur deux ans, puis s’éteindre. La TVA sociale, elle, serait une mesure pérenne… au détriment toutefois du pouvoir d’achat et des revenus des Français. Qu'en pensera Michel Edouard Leclerc ?

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA