Marchés

Xavier Beulin: « il y a deux ou trois abattoirs de porc en trop en France »

|

Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, a indiqué qu’en raison de la perte de compétitivité de la filière porcine face à l’Allemagne depuis dix ans, certains outils d’abattage « sont en surcapacité ». Ce qui explique le dépôt de bilan des abattoirs Gad, qui emploient 1.700 salariés.

Xavier Beulin

« Malheureusement, il va falloir fermer deux ou trois abattoirs et les choses vont se faire dans la douleur parce qu’avec les pouvoirs publics, nous avons été incapables de gérer cette situation, a-t-il indiqué lors d'un colloque organisé par l'IFLS. Il y a beaucoup d’hypocrisie de la part des gouvernements, de droite ou de gauche, ils disent qu’ils veulent défendre la production, mais ils visent d’abord les prix bas et soutiennent depuis des années la consommation ».

"Nous n'avons plus le choix"

Interrogé sur le fait que réduire la production de porc reviendrait à diminuer la taille des entreprises quand les Allemands, les Brésiliens et les Chinois augmentent la leur, Xavier Beulin estime qu’il n’y a plus le choix: « Certains outils ont manqué d’investissement, la production de porc a baissé, la différence de coût de main d’œuvre avec nos concurrents n’est plus tenable ».  

L'aide de la BPI

Dans une interview accordée au magazine LSA, Xavier Beulin appelle toute la filière à une réflexion, y compris la grande distribution et les pouvoirs publics. « Nous avons perdu 20 % de parts de marché dans la filière animale depuis 10 ans. Nous devons réinvestir, les restructurations ne doivent pas être un sujet tabou et je veux discuter avec les ministres sur les moyens que pourrait nous donner la Banque publique d’investissement. Il faut une discussion sérieuse pour sauver les filières »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message