Yellow Korner démocratise la photo d’art

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier CATÉGORIE nouvelle chaîne Cette jeune enseigne a fait le pari d’appliquer les recettes de la grande distribution au monde élitiste de l’art. Et ça marche.

Toute la franchise

Toute la franchise

Plus de 1800 concepts éprouvés vous attendent

créez votre entreprise

L’aventure a démarré sur les bancs de HEC. Alexandre de Metz et Paul-Antoine Briat, tous deux étudiants de la prestigieuse institution, décident en 2005 de s’inspirer d’un concept de vente connu en Allemagne: appliquer les méthodes de la grande distribution à la photo d’art. En clair, il s’agit de convaincre des valeurs montantes du milieu de tirer leurs oeuvres à 1000 exemplaires au lieu de 10, et de les vendre à 50 € au lieu de 5 000. Après quelques premiers succès dans les rayons de la Fnac, ils se décident à ouvrir leur réseau de boutiques en 2006.

En moyenne, une photo va être tirée à 500 ou 800 exemplaires, là où elle est limitée à 10, 20 ou 30 exemplaires dans une galerie classique.

Alexandre de Metz, cofondateur de Yellow Korner

4,5 millions de clients potentiels

L’année suivante, le fonds d’investissement 360° Capital Partners leur fait confiance et investit 2,4 millions d’euros dans le capital de Yellow Korner, aux côtés des deux jeunes fondateurs, qui n’ont alors pas 30 ans. Le projet vise l’ouverture de magasins dans les grandes capitales européennes (Paris, Berlin, Milan, Barcelone et Londres dans un premier temps), le développement des ventes en ligne via yellowkorner.com, puis, à terme, une cinquantaine de boutiques dans l’Hexagone. Pierre Kosciusko- Morizet, le fondateur de priceminister. com, et Philippe Mondan, ancien directeur de la Fnac et créateur d’Extrapole, font partie de leurs « business angels ». Le concept, sans fioritures, met en avant un mélange de grands classiques de la photo et d’oeuvres plus contemporaines.

Dans la boutique du nouveau centre commercial de la gare Saint-Lazare, à Paris, le client peut trouver des clichés anciens de stars de la musique, comme Bob Dylan ou Serge Gainsbourg, de beaux paysages, ainsi que des scènes de la vie sauvage. Côté ambiance urbaine, les souvenirs de New York remportent la palme haut la main.

Ces grands classiques de la décoration n’empêchent pas de nombreuses oeuvres plus avant-gardistes de trouver leur place en rayons. Côté prix, les premiers tirages sont proposés autour de 20 €, tandis que les plus grands formats peuvent dépasser 1000 €. Une largeur de gamme qui assure le client de trouver son bonheur, quel que soit son intérêt pour la photographie. En 2011, l’enseigne Yellow Korner a écoulé près de 200000 photographies dans ses 14 points de vente. Selon ses fondateurs, environ 4,5 millions de clients potentiels visitent leurs magasins chaque année. Cette forte exposition des oeuvres au grand public peut servir de tremplin aux jeunes artistes.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA