Zara sous le coup d’une enquête pour des ateliers clandestins en Argentine

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

VIDÉO Zara, en Argentine, aurait eu recours à des ateliers clandestins pour une partie de sa production, rapporte ce jeudi 4 avril la presse anglo-saxonne.

Zara logo

Pire encore, des enfants auraient travaillé dans ces ateliers, dans des conditions "dégradantes". La plupart des ouvriers, essentiellement boliviens, auraient travaillé jusqu'à 16 heures par jour sans interruption et ont été empêchés de quitter les usines sans autorisation, selon les enquêteurs.

Le porte-parole de Zara s'est dit "surpris" par cette affaire, affirmant qu'il n'avait reçu aucune signification officielle de la part des autorités argentines. Il affirme également que selon les adresses des ateliers concernés, "aucune ne travaille pour nos sous-traitants ou fabricants du pays". Un scandale similaire avait éclaté en 2011, mais au Brésil, comme l'avait révélé le magazine Forbes.

Les bénéfices d'Inditex, la groupe qui détient Zara, sont en hausses, et son fondateur Amancio Ortega se hisse au troisième rang des fortunes mondiales, selon le magazine amércicain Forbes.

Un reportage dans l'une des usines mises en cause au Brésil en 2011:

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA