Concepts de magasins

30 nouveaux concepts de distribution internationaux inspirants

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

LSA reprend sa collaboration avec le cabinet de conseil spécialisé dans le retail, Dia-Mart, pour vous faire découvrir chaque semaine les plus inspirants des concepts de distribution de cette année 2016, sélectionnés par le collectif de cabinets spécialisés, Ebeltoft Group. Pour lancer la série, Cédric Ducrocq, PDG de Dia-Mart et membre d’Ebeltoft Group, décrypte les clés de l’innovation dans le retail, un domaine où "les Français sont en train de prendre du retard" selon lui.

"Les meilleurs concepts du moment portent sur la dimension émotionnelle; une des seules chose que les sites Web ne feront jamais, susciter de l’émotion"..., Cédric Ducrocq, PDG de Dia-Mart, membre d’Ebeltoft Group.
"Les meilleurs concepts du moment portent sur la dimension émotionnelle; une des seules chose que les sites Web ne feront jamais, susciter de l’émotion"..., Cédric Ducrocq, PDG de Dia-Mart, membre d’Ebeltoft Group.© dr

Le collectif de cabinets de conseils spécialisés dans le retail, Ebeltoft Group vient de publier une nouvelle édition - la onzième - de Retail Innovations. Ce livre de veille recense une cinquantaine de nouveaux concepts dénichés et décryptés par quelques-uns des 24 cabinets membres d’Ebeltoft, dont Dia-Mart, bien connu en France. De Made.com, le pure player du meuble qui débarque bientôt à Paris, à Cru, le nouveau concept alimentaire du discounter belge Colruyt qui propose 1000 références de produits frais et locaux triés sur le volet, en passant par les nouveaux Ikea compacts de centre-ville, ce tour du monde de l’innovation dans le retail traduit une forme de réveil de bons nombre de distributeurs, conscients de l’urgence d’innover. Un réveil qui semble néanmoins tarder en France.

Les Français trop attentistes ?

"L’un des enseignements de cette onzième édition de notre étude est que si l’innovation dans le retail semble s’accentuer, c’est surtout du fait des distributeurs anglo-saxons, indique Cédric Ducrocq, le fondateur et PDG de Dia-Mart. Les Français doivent faire attention." A de rares exceptions comme le drive, en effet, les distributeurs hexagonaux se sont laissé déborder, proposant peu d’innovations tranchées depuis celles d’enseignes qui gravitent autour de l’association familiale Mulliez, comme Zodio, Kabane ou Chronodrive, au milieu des années 2000.

(En photo : Zodio, un des rares concepts français de magasin un peu rupturiste de ces dernières années selon Dia-Mart)

Le digital a bon dos !

L’excuse de la technologie ne tient pas la route. "Il n’y a pas que le digital qui change les règles du jeu", observe Cédric Ducrocq, qui rappelle que trois des plus grandes ruptures des dernières années, les pure player, Nespresso et les Apple Store, ne sont pas issues du monde de la distribution. "Plus près de nous, regardez les 4 enseignes qui bousculent le plus les règles du jeu aujourd’hui que sont Hema, Kiko, Primark et Lidl. Il y a zéro techno là-dedans. Primark n’a ailleurs pas de site marchand, mais exploite très bien les réseaux sociaux. Et même si une bonne moitié des 50 enseignes innovantes détaillées dans notre recueil retail innovation est taguée technologie, ce n’est pas forcément ce critère qui fait un nouveau concept."

(En photo : l'Apple Store de Stanford, concept à succès qui, comme Nespresso, n'a pas été inventé par des retailers)

De l’interaction clients et produits…

Ainsi les pure player comme Trunk, une marque de vêtements pour hommes de Chicago qui fonctionne sur le modèle des box, mais invite ses clients régulièrement dans ses bureaux/show-room pour les faires essayer, discuter, ou Vigga (à découvrir en cliquant sur ce lien) qui vend, recycle et réutilise ses vêtements pour enfants en construisant un lien, une charge émotionnelle très forte avec ses clients, s’appuient sur des démarches personnalisées note l’expert de la distribution. « Ces sites se mettent au niveau de leur client dans une relation très horizontale, ils vont vers plus de complicité, moins de starification. On passe de la logique de love brands, incarnée par Abercrombie par exemple, à celle des lover brands. »  Une logique qui suppose beaucoup d’interactions avec les produits à l’image des « lab » et autres ateliers de makers que veut développer Leroy Merlin.

(En photo : Vigga, un site à la croisée de nombreuses tendances du moment...)

L’alimentation, les magasins compacts, l’occasion…

Seconde tendance forte, celle de la passion pour l’alimentation (passion for food en anglais dans le livre). Dans la foulée des Eataly, Whole Foods, Bilder & De Clercq (loué par les experts et primé par ses pairs l’an dernier mais qui a fermé depuis…) ou du Mercato Centrale de Florence, "le mouvement ne ralentit pas et fait des émules partout", note Cédric Ducrocq. Troisième axe moteur : le recyclage, les produits d’occasion, la tendance au "less but better" (consommer moins mais mieux) et au "no waste" (zéro gaspillage), incarnée par exemple par la percée de Leapp, l’enseigne hollandaise de produits Apple d’occasion reconfigurés.

(En photo : Eataly Milan, illustration de la tendance Passion for food...)

Les magasins compacts enfin, sont aussi très en vogue. C’est ce que teste notamment Ikea avec ses pick up store dont on  attend avec impatience une première unité dans Paris. La baisse des chiffres d’affaires au m² qui frappe bon nombre de pays d’Europe du Nord (plus que la France) fait réfléchir les distributeurs à la bonne utilisation des surfaces de vente. Et ces magasins beaucoup plus petits que leurs originaux sont aussi un moyen de rentrer en centre-ville. Argos s’est construit comme cela, c’est aussi l’idée de Spartoo en France. Quant à Maisons du Monde, l’enseigne réalise beaucoup de chiffre d’affaires avec des articles qui ne sont pas exposés en magasins.  

30 magasins à découvrir en images

Ces tendances, ces concepts, et bien d’autres encore (une trentaine vont passer sur le grill de notre site internet), LSA va vous les faire découvrir, en collaboration avec Dia-Mart, durant le restant de de l’année 2016. La série débute aujourd’hui avec Vigga, un pure player danois de l’habillement pour enfants qui propose un service d'abonnement et un modèle "circulaire" : les produits trop petits sont retournés, lavés et réintroduits dans le circuit, puis recyclés quand usés. Un premier cas inspirant…

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA