Marchés

Maturité digitale des entreprises : le commerce dans la moyenne, les PGC bon dernier

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Lynx Conseil publie le premier observatoire open data de l’accélération digitale des grandes entreprises et des ETI en France. Le secteur du commerce et de la distribution affiche un score de 43/100, pour un niveau médian de 41/100. Le secteur des PGC finit lui bon dernier. Et le principe défi porte sur le volet ressources humaines, tout secteur confondu. 

Pour Lynx Conseil, pour être réellement efficace et centrée sur les usages des consommateurs, la transformation digitale des entreprises françaises doit être plus rapide mais aussi beaucoup plus homogène quelque soit le secteur concerné.
Pour Lynx Conseil, pour être réellement efficace et centrée sur les usages des consommateurs, la transformation digitale des entreprises françaises doit être plus rapide mais aussi beaucoup plus homogène quelque soit le secteur concerné.© thampapon1 - Fotolia

Le digital transforme l’ensemble des entreprises. Lynx Conseil, société de conseil spécialisée dans l’amélioration de la performance marketing, commerciale et digitale, s’est intéressé au sujet et publie le premier observatoire de l’accélération digitale des grandes entreprises et des ETI (entreprises de taille intermédiaire) en France basé sur de l’Open Data. Autrement dit l’entreprise a collecté toutes les informations disponibles sur Internet, ce qui a représenté plus de 400 000 profils et 4,8 millions de données (Voir méthodologie en bas de page). L’analyse a permis d’établir un Data-Score 2018 qui étudie le rythme de la transformation digitale des 1125 entreprises analysées. (Lire la synthèse du rapport ici)

Globalement, 1 entreprise sur 3 dispose d'une direction dédiée au digital et les différences d’expérience digitale d’une marque à une autre, d’un secteur à l’autre sont flagrantes pour les consommateurs.

Le Data-Score moyen de l’Accélération Digitale des entreprises en France est de 41/100, un Data-Score inférieur à la médiane et qui reste faible au regard des référents digitaux que sont les « pure players » du e-commerce (Rue du commerce, Sarenza, Vente-Privée,…) dont le Data-Score moyen est de 77/100. In fine, la différence est forte entre les leaders (premier quart : 69/100) et les retardataires (dernier quart : 20/100). « Ceux-ci doivent impérativement accélérer leur transformation digitale », estime Lynx Conseil.

D’un point de vue consommateurs, ce sont ces acteurs « pure players » qui deviennent référents et créent les nouveaux standards digitaux d’expérience client fixant, pour l’ensemble des entreprises, l’objectif de performance à poursuivre. La marge de progression à engager reste donc extrêmement significative et le rythme difficile à suivre.

Les petites structures à la peine

L’écart entre grands groupes et ETI est marqué avec un score de 54/100 contre 38/100 pour les petites structures. « Les performances des plateformes des grandes entreprises et des ETI sont globalement similaires mais les grandes entreprises émergent significativement plus sur les canaux digitaux étudiés », précise le cabinet de conseil.

Par secteur, on note que le commerce et la distribution sont dans la moyenne et que le secteur des PGC pointe à la dernière place.

 

Si on s'intéresse aux résultats selon les trois critères qui composent le data score, on s'aperçoit que c'est le volet des ressources humaines et des compétences en interne qui font le plus défaut aux entreprises. Des investissements s'avèrent nécessaires pour se mettre au niveau des pures players qui eux disposent des bonnes compétences.

Au sujet des plateformes digitales, l'observatoire met en avant que le mobile est plutôt bien pris en compte. 73% du panel a mis en place une stratégie dédiée avec une prédominance forte des sites développés pour un usage multi-device : 67% ont un site responsive, 6% ont un site mobile. 18% ont aussi développé une application native.

Concernant les canaux de publicités, la Distribution et le Commerce fait partie du top 5 des secteurs les mieux référencés. Autre enseignement, le display digital ne représente que 8% des budgets media totaux offline et display. Et concernant le trafic des sites, 77%est généré par les moteurs de recherche. Le trafic naturel semble peu travaillé.

Méthodologie
Le Data-Score d’Accélération Digitale 2018 de chaque entreprise a été évalué selon trois axes :
• EXPERIENCE CLIENT, représentée par la performance technique des plateformes digitales
Le site de l’entreprise est-il performant pour les utilisateurs ? La page d’accueil s’affiche t’elle rapidement sur mobile et sur ordinateur ? Le code du site est-il techniquement optimisé pour que la page s’affiche vite et soit bien référencée sur les moteurs de recherche ?
• MEDIA, représenté par l’émergence sur les canaux de publicité et d’acquisition digitaux
L’entreprise est-elle visible sur les moteurs de recherche, les réseaux sociaux, les sites via la publicité digitale ?
• COMPETENCES, représentées par l’intégration des ressources digitales dans l’organisation
A quel point l’entreprise a-t-elle intégré le digital dans son organisation ? Dispose-t-elle d’une direction dédiée ? Quel est le poids réel des ressources dédiées au digital ? Quelles expertises clés(3) (Acquisition, UX, Data, Contenu, Développement mobile, Méthodologies innovantes) ont été internalisées ?

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA