Seagram rachète Polygram

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Philips vient de céder sa participation de 75% dans le capital de Polygram au canadien Seagram, acteur du monde des liquides, qui confirme ainsi une diversification vers les secteurs du loisir. En quittant les univers du disque et du cinéma, Philips recentre ses activités sur l'électronique grand public, à l'heure où le développement du numérique impose à l'industriel d'importants efforts en matière de recherche et développement.

Tendance à la concentration du secteur

Du côté du marché du disque, cette transaction confirme la tendance à la concentration du secteur. Avec le renfort de Polygram, crédité de 17% du marché mondial, Seagram, déjà propriétaire d'Universal, contrôle désormais près d'un quart du marché mondial.

Vue de France, l'opération a surtout de quoi inquiéter les producteurs indépendants, de fait encore un peu plus marginalisés. Pour la distribution, tout dépend d'éventuels changements dans la stratégie du « nouveau Polygram ». Pas de réactions officielles pour l'instant donc. Seules conséquences à attendre à court terme de ce rachat, la vente par Seagram de Tropicana, et celle de l'activité cinéma du groupe Polygram.

La vente du premier producteur mondial de jus de fruits (qui devrait annoncer un CA supérieur à 2 milliards de dollars le 30 juin) est d'ores et déjà annoncée pour financer le rachat.

Quant à la reprise de Polygram Filmed Entertainment (l'activité cinéma de l'éditeur), des négociations seraient en cours avec le groupe Canal +.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1586

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA