Alessandro, nouvelle image de Benetton

|

Vice-président du groupe de textile italien, Alessandro Benetton a été adoubé par son père, pour prendre les rênes de l'empire familial dès 2007.

>«Ma mission est presque finie. À partir de 2007, je laisse la barre à mon fils Alessandro. » C'est par ces mots, prononcés à Paris à l'occasion des célébrations des 40 ans de Benetton, que le patriarche Luciano a officialisé une décision prise en 2005, lorsque son fils avait été nommé vice-président, « en accord avec toute la famille ». Deuxième d'une fratrie de 4 enfants, Benetton junior avait juste un an lorsque son père créa la petite entreprise éponyme. Quarante et un ans plus tard, il est à la tête d'une marque présente dans 120 pays, qui réalise des ventes de 1,9 milliard d'euros avec 5 000 magasins.

Élancé, l'homme à l'élégance sobre n'est pas s'en rappeler son célèbre papa. Mais la comparaison s'arrête là. Loin du profil autodidacte du père, Alessandro a suivi le parcours type des enfants de bonne famille : universités de Boston et Harvard, premier poste à Londres chez Goldman Sachs. Spécialisé dans la finance, le jeune Benetton crée, en 1993, le fonds d'investissement 21 Investimenti, qui brasse 1 milliard d'euros aujourd'hui et qu'il préside. « C'est plus un financier qu'un industriel, reconnaît un proche, un homme de stratégie et de contacts internationaux. On ne le verra certainement pas aller tâter le tissu d'un pull en magasin comme son père. »

« Ne jamais rien lâcher »

 

Loin des mondanités, à la fois exigeant et adepte d'une grande discipline, il semble s'être forgé une carapace qu'il cache sous un style informel. Pas facile de grandir aux côtés d'un mythe qu'il admire. « Mon père m'a appris l'engagement dans le travail, le sérieux, et surtout à ne jamais rien lâcher », confie-t-il ému. Seule concession dans cette vie de fils modèle, il est passionné de sports de vitesse, qu'il pratique assidûment (ski, surf...) avec sa femme, Deborah Compagni, mère de ses 2 enfants. Ce n'est pas un hasard s'il a été président de Benetton Formule 1 (1988-1998), lorsque l'écurie a été sacrée deux fois championne du monde.

Toujours resté aux marges du groupe, préférant s'affirmer à l'extérieur, même s'il est présent au conseil d'administration depuis 1998, Benetton junior admet ne pas bien connaître les arcanes de l'entreprise : « J'y ai consacré peu de temps, mais je suis orgueilleux de sa forte tradition familiale. Que le groupe ait été confié à un membre de la deuxième génération est un signal important, qui s'adresse surtout à notre réseau de distribution. Mon objectif sera de donner un sens à cette continuité familiale, tout en m'appuyant sur mon expérience Je serai un actionnaire présent et convaincu, mais qui laissera sa place au management. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1971

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA