Marchés

Les Français et le sucre : une consommation stable depuis 40 ans

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les données de ventes de sucre par habitant en France sont remarquablement stables depuis maintenant 40 ans. Cependant, les Français ne consomment plus le sucre de la même manière.

Depuis les années 70, l’utilisation directe de sucre au domicile a nettement baissé, passant de 60 % des ventes à moins de 20% aujourd’hui. Ceci au profit des utilisations de sucre pour la restauration collective et l’industrie alimentaire. Ces tendances sont confirmées par les données d’enquêtes alimentaires nationales menées depuis une dizaine d’années par l’ANSES ou le CREDOC2, avec des méthodologies proches.

Un chiffre clé : 25 kg de sucre par an et par habitant

Selon les enquêtes alimentaires nationales, la consommation en sucres (sucres ajoutés et naturellement présents) est stable. Elle s’établit en moyenne à 100 grammes par jour par personne, avec de faibles variations sur une période de 10 ans. La part respective des sucres ajoutés et des sucres naturellement présents n’est pas connue précisément à ce jour, mais il est possible d’estimer par différence les consommations de sucre de canne ou de betterave. En retirant la contribution du lactose (lait et produits laitiers) et celles des sucres apportés par les fruits, légumes, compotes, on obtient une consommation moyenne de sucre de 25 kg par an et par personne.

Quelle que soit la classe d’âge, les hommes consomment toujours une quantité de sucres supérieure à celle des femmes (101 g/jour vs contre 94 g/jour, en moyenne). En revanche, les sucres chez ces dernières contribuent plus aux apports caloriques que chez leurs homologues masculins : respectivement 19,9% des apports caloriques chez la femme et 17,5 % chez l’homme.

A noter que les enfants consomment plus de sucres que leurs parents : les sucres contribuent en moyenne à 27,5 % des calories chez les enfants de 3 à 6 ans, 24,6% chez les 7-10 ans et 22,2 % chez les 11-14 ans, selon l’enquête Credoc CCAF 2010. Cette contribution plus importante des sucres chez les enfants correspond à une alimentation plus riche en boissons (boissons chaudes, jus de fruits et sodas) et en produits à base de lait et de fruits. Pour Philippe Reiser, directeur des affaires scientifiques du Cedus, « la baisse de consommation de sucres qui accompagne l’entrée dans l’âge adulte reflète le fait que la préférence et l’appétit spécifique pour le sucré décroissent sensiblement après l’adolescence ».

Le Cédus est le Centre d'Etudes et de Documentation du Sucre. il s'agit d'un organisme interprofessionnel, créé en 1932, qui a pour mission d’assurer l’information et la documentation d’un produit essentiel du secteur agroalimentaire français : le Sucre.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA