Les Galeries Lafayette n’ont pas renoncé au Printemps

|

Philippe Houzé, Pdg des Galeries Lafayette, aura mis tout juste 48h pour peaufiner sa contre-attaque. Non, le groupe Galeries Lafayette n’a pas renoncé au Printemps, surtout pas !

Philippe Houzé

Deux jours après l’annonce, par le groupe Borletti, déjà détenteur de 30% du Printemps, de son entrée en négociations exclusives avec Rreef, filiale de Deutsche Bank, pour lui racheter les 70% restants, Philippe Houzé repart au combat. « Nous ferons tout pour trouver une solution. L’histoire n'est pas écrite », affirme-t-il dans Le Figaro, ce vendredi 22 février 2013.

Philippe Houzé précise d’ailleurs avoir fait une proposition de 1,8 milliard d’euros pour reprendre Le Printemps, et s’étonne « que cette offre n’ait pas été retenue, alors qu’elle semblait la mieux-disante ».

A chacun son Qatari

Il s’emporte ensuite, dénonçant une « opération financière » quand lui propose « un projet industriel »… Il s’essaie même à faire jouer la corde patriotique, disant « vouloir s’investir totalement pour défendre un projet français ». Sauf que son « projet français », comme il l’appelle, consiste à s’entourer, comme Borletti le fait, d’investisseurs qataris pour l’accompagner... « Mon souhait est de combiner le professionnalisme du Qatar dans l'immobilier et le nôtre dans la gestion des grands magasins », explique-t-il.

Et puis, surtout, son projet, pour intéressant qu’il puisse être, ne pourra se faire que si Borletti le veut bien. En clair, les Galeries Lafayette s’agitent, mais ont toutes les chances de ne pas arriver à leurs fins. A moins d’une offre ne se refusant pas, comme on dit. Mais le temps presse pour y parvenir. Et pas sûr qu'il joue en faveur de Philippe Houzé et des Galeries.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter