Beau bilan 2019 pour E.Leclerc avec des hypers en pleine forme

|

Après une vague d’investissements à l’amont, mais aussi dans les prix, les magasins et le multicanal, E.Leclerc a bouclé une année en forte progression, et se prépare à pousser les feux pour la période 2020-2025. Le détail des résultats 2019.

E.Leclerc a gagné 0,4 point de part de marché en 2019, la meilleure performance de la distribution aux côté de Lidl
E.Leclerc a gagné 0,4 point de part de marché en 2019, la meilleure performance de la distribution aux côté de Lidl© Morgan Leclerc

Michel-Edouard Leclerc apporte des éléments de contradiction à ceux qui pronostiquent la fin de l’hypermarché. Car le groupement qui porte son nom a affiché des performances solides en 2019. Ce sont mêmes les meilleures à ce jour parmi les différents distributeurs à avoir publié leur chiffre d’affaires pour la France. Les ventes des centres E.Leclerc dans l’hexagone ont ainsi atteint 48,2 milliards d’euros avec carburant l’an dernier (+3,4%) et 38,85 milliards d’euros hors carburant (+2,9%). Une hausse qui est quasiment le double de celle de l’exercice précédent. "Malgré un contexte économique difficile et de nombreuses perturbations, E.Leclerc conforte sa place de leader en France avec une part de marché de 21,6% soit +0,4 point en un an" précise un communiqué du distributeur, ajoutant que plus de 350 000 clients ont rejoint les 18 millions de foyers qui fréquentent l’enseigne.

Dans une petite pique adressé à Carrefour, Casino et Auchan, l’entreprise indique que "contrairement à [ses] concurrents intégrés, les hypermarchés restent bien un atout dans le développement de l’enseigne avec 54,8% de contribution à la croissance". Le réseau physique de 721 magasins en France, dans lequel l’hypermarché est le modèle majoritaire, a enregistré une hausse de chiffre d’affaires de 2,2% en 2019 et reste "le fer de lance des canaux de vente d’E.Leclerc". Parmi les facteurs qui expliquent cette progression, le distributeur met en avant l’approfondissement de ses gammes, l’investissement dans des approvisionnements plus locaux et en circuit court. Tout en réajustant sa politique tarifaire pour prendre en compte les effets inflationnistes de la loi sur les EGA, via des fortes baisses des prix sur les marques de distributeurs notamment. Ce qui n’a apparemment pas pesé sur les MDD, le chiffre d’affaires de Marque repère ayant progressé de 3,1% l’an dernier, contre +1,3% pour l’ensemble du marché.

Leclerc n'a pas peur d'Amazon

En matière de digital, le circuit internet, incluant le drive, a contribué à hauteur de 23,8% à la croissance des ventes soit une hausse de 8,6%. Les sites marchands ont vu leurs ventes gagner 31%, le circuit drive progressant lui de 6,8%. L'année 2019 a aussi été celle du déploiement de nombreux drive piétons. Au total, l’enseigne réalise un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros en ligne. De quoi faire réagir Michel Edouard Leclerc, toujours adapte de la petite phrase choc. "Amazon, même pas peur" a assuré le président des centres E.Leclerc, désireux d’accélérer sur le développement de nouveaux services périphérique à l’activité des grandes surfaces. La location de voiture, les voyages, les parapharmacies ou encore la vente d’énergie font figure de leviers de croissance. Dans un entretien accordé au JDD il y a quelques jours, Michel Edouard évoquait la rentabilité du groupe, qui "reste faible" avec 1,9% de marge nette. Un chiffre qui n’étonnera pas les connaisseurs, et qui est d’ailleurs quasi identique à celui d’il y a dix ans, avec des évolutions à la hausse ou à la baisse d’année en année autour des 2%. Cette jauge de 2% est d’ailleurs un indicateur clé dans le groupement, et ne tient pas compte des autres revenus (notamment immobiliers) que peuvent percevoir les dirigeants de magasins, tout en servant d’indicateur pour décider d’accélérer les investissements ou non.

Un socle pour se projeter dans les 5 prochaines années

A ce sujet, E.Leclerc est revenu sur les dépenses effectuées ces dernières années, avec plus d’un milliard d’euros investis en quatre ans pour "rénover les magasins et améliorer les circuits logistiques", synonymes notamment de réduction des ruptures et de modernisation des coopératives régionales. Sur le plan de l’emploi, E.Leclerc revendique plus que 15 000 créations nettes d’emplois ces cinq dernières années. Tous les travaux entrepris pour continuer à améliorer la structure du groupement doivent lui permettre de bien aborder les prochaines années. E.Leclerc évoque d’ailleurs "un socle solide pour le projet 2020-2025". "Si l'année 2019 a permis de tester la bonne agilité des magasins et la réactivité des structures pour amener l'enseigne sur une stratégie multicanale offensive, le groupement aborde 2020 avec des engagements commerciaux et sociétaux ambitieux" précise le communiqué. Dans la deuxième partie de l’année, le groupement prévoit ainsi le lancement d’un portail unifié de ses offres commerciales sous enseigne avec un développement dans les secteurs non alimentaires comme par exemple le multimédia, la culture, le bricolage ou le jardinage. Et parmi les autres dossiers chauds de 2020, trois engagements ont été pris avec l’extension progressive du Nutriscore sur les emballages des MDD de l’enseigne au fur et à mesure des renouvellements, l’indication plus précise de l’origine géographique des principaux ingrédients pour les MDD (d’abord sur internet, puis sur les emballages), et une politique de réduction des plastiques.

L’exercice 2019 en chiffres
Chiffre d'affaires France hors carburant : 38,85 milliards d'euros (+2,9%)
Chiffre d'affaires France avec carburant : 48,20 milliards d'euros (+3,38%)
Chiffre d'affaires tous pays hors carburant : 40,12 milliards d'euros (+2,9%)
721 magasins en France HM-SM-Express
690 drives en France
592 adhérents
83 magasins à l'international
21,6% de parts de marché PGC-FLS en France (+0,4 point en un an) (source Kantar)
Ventes en valeur de l'enseigne sur le segment PGC FLS : +3,0 % versus 2018 (source IRI)
2541 enseignes spécialisées en France, avec une progression des ventes de 5,2%
133 000 collaborateurs
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter