Carrefour mutualise ses approvisionnements avec les PME

|

Depuis octobre 2015, 25 entrepôts du groupe Carrefour sont desservis par le GIE des Chargeurs Pointe de Bretagne, qui centralise la logistique de 35 sociétés du Grand Ouest. Un principe que le distributeur veut étendre.

Avec la mise en commun des livraisons, les Chargeurs Pointe de Bretagne ont amélioré leur taux de service, qui atteint 99,2 %.
Avec la mise en commun des livraisons, les Chargeurs Pointe de Bretagne ont amélioré leur taux de service, qui atteint 99,2 %.© © Hénaff

Carrefour, comme les autres enseignes de la grande distribution, compte de plus en plus sur les PME afin de proposer à ses clients des produits régionaux pour se différencier de la concurrence, féroce sur les produits courants. Si les partenariats avec les PME se développent, ces fournisseurs ne disposent pas toujours de la logistique adéquate pour livrer à un rythme soutenu des distributeurs… sans exploser les coûts logistiques.

Dans l’Ouest, cinq PME ont pris le parti de se lancer dans la mutualisation logistique afin de répondre aux demandes de leurs clients distributeurs. Le GIE des Chargeurs Pointe de Bretagne a été créé en 2011 sous l’impulsion des entreprises Altho, Chancerelle, Jean Hénaff, JF Furic et Loc Maria.

Échange de données en ligne

« Notre réflexion a débuté quand une enseigne importante nous a demandé de livrer trois à quatre fois par semaine, non plus à la palette ou à la couche, mais par colis, se souvient Jean-Jacques Hénaff, président du conseil de surveillance de l’entreprise du même nom à l’occasion d’une conférence de GS1 sur la mutualisation logistique, qui s’est tenue le 10 mars à Paris. Et il n’était pas question de délocaliser nos usines. Nous avons alors étudié la possibilité de mutualiser notre logistique avec d’autres entreprises de la région qui travaillent avec les mêmes clients, et qui sont soumises aux mêmes impératifs. Mieux vaut gagner à plusieurs que de perdre seul ! »

Les objectifs du GIE sont multiples : contenir l’augmentation du coût du transport, s’appuyer sur des solutions logistiques fiables pour répondre aux demandes des distributeurs, et contribuer à la sauvegarde du territoire et de l’environnement. Si, sur le papier, les gains de la mutualisation logistique semblent évidents, sa mise en œuvre s’avère plus complexe. Par exemple, cela suppose d’échanger des données entre PME, transporteurs et distributeurs. D’où l’importance d’utiliser des standards.

Concrètement, l’organisation des flux passe par un portail web développé par le GIE. Un transporteur se charge ensuite de ramasser les commandes auprès des usines des PME, les ramenant ensuite dans un entrepôt pour réaliser du cross-docking. Autrement dit, il n’y a pas de gestion de stock, mais uniquement une gestion de flux. Ce sont en priorité les entrepôts nationaux et régionaux qui sont desservis, mais le GIE ne s’interdit pas de livrer directement des magasins si les volumes le permettent.

Un taux de remplissage des camions de 80%

Parmi les 40 entrepôts de distributeurs livrés, 25 appartiennent au groupe Carrefour, dont quatre enseignes sont ainsi approvisionnées une à trois fois par semaine. « Pour mettre en place ce partenariat avec les Chargeurs Pointe de ­Bretagne, nous avons travaillé ensemble pendant environ huit mois et, depuis octobre?2015, tous nos entrepôts sont desservis par le GIE, précise Pierre Fournis, directeur transport amont de Carrefour. Nous contrôlons les flux en passant nos commandes par le portail web, et il revient aux PME d’y répondre. Nous travaillons sur la base de créneaux fixes pour la livraison, c’est indispensable pour optimiser les flux. Actuellement, grâce à ce travail collaboratif, le taux de remplissage des camions atteint 80%. Et il semble ­difficile de faire beaucoup mieux aujourd’hui sans ajouter de nouvelles entreprises partenaires. Par ­ailleurs, en plus de l’amélioration du taux de service – au-dessus de 99,2% –, moins de ­camions roulent, ce qui a permis une baisse de l’ordre de 33% des émissions de CO2. »

Le succès du GIE des Chargeurs Pointe de Bretagne, qui regroupe déjà 35 PMI dans le Grand Ouest, séduit de nouveaux distributeurs et PME. En plus de Carrefour, de Système U et de Simply Market, l’entreprise est en cours de négociation avec Auchan pour les produits secs et frais. « L’optimisation de la ramasse représente pour les distributeurs un réel atout », certifie Jean-Jacques Hénaff.

Optimiser à tous les niveaux

Côté distributeurs, « développer ce type de collaboration est un axe stratégique pour nous, assure Pierre Fournis. En 2015, 75 nouveaux chargeurs nous ont rejoints et nous prévoyons d’en ajouter environ 80 par an. La mutualisation logistique s’adresse surtout aux PME. Avec les gros fournisseurs, nous travaillons aussi les flux logistiques pour optimiser le remplissage des camions : un véhicule qui livre un magasin fera un crochet par un fournisseur avant de ­revenir vers l’entrepôt, pour éviter de rouler à vide. Actuellement, 50% des camions reviennent sans marchandises, et nous ciblons de tomber à 10%».

L’alliance du grand ouest pour livrer la france

Localisation des entreprises partenaires du GIE des Chargeurs Pointe de Bretagne ainsi que des nœuds logistiques et des plates-formes des distributeurs desservies Source : Chargeurs Pointe de Bretagne

Cinq sociétés sont à l’origine du GIE, qui fédère aujourd’hui 35 PMI : Altho (Chips), Chancerelle (conserverie de poissons), Jean Hénaff (conserverie de pâtés, saucisses fraîches), JF Furic (conserverie de poissons) et Loc Maria (biscuiterie). Carrefour, Système U, Simply Market, et prochainement Auchan, travaillent notamment avec la structure.

Les enjeux de la logistique partagée

  • Maîtriser les coûts logistiques.
  • Améliorer la disponibilité des produits.
  • Optimiser les transports et diminuer l’empreinte carbone.

Carrefour et la mutualisation logistique des petits et moyens fournisseurs en France

Frais

  • 9 régions de ramasse
  • 170 000 tonnes par an
  • 160 fournisseurs

Sec

  • 10 régionsde ramasse
  • 400 000 palettes par an
  • 190 fournisseurs

Surgelés

  • 1 région de ramasse
  • 12 000 palettes par an
  • 15 fournisseurs

Centres de consolidation

  • 600 000 palettes par an
  • 500 fournisseurs

" La mutualisation logistique est une tendance de fond, avec des enjeux économiques et de développement durable. Nous voulons ajouter 80 nouveaux chargeurs par an."

Pierre Fournis, directeur transport amont de Carrefour

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2405

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message