Accusée de bafouer les « stop-pub » pour ses prospectus, Intermarché s’explique

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L’enseigne est accusée par une association Zero Waste France de ne pas respecter les « Stop Pub » présents sur les boites aux lettres de plusieurs Alsaciens. Intermarché fait son mea culpa et s’explique.

intermarche issy
intermarche issy© HighCo

C’est une première en la matière. Après plusieurs mois d’enquête à Strasbourg, l’association Zero Waste France et son groupe local Zéro Déchet de Strasbourg viennent de porter plainte contre Intermarché et l’enseigne Pizza Hut. Le motif : elle accuse ces sociétés de « non-respect massif de l’autocollant STOP PUB apposé par des habitants ».

Thibault Turchet, responsable des affaires juridiques à Zero Waste France qui a coordonné l’enquête et l’action, précise que “le non-respect du STOP PUB constitue une infraction pénale. Cette action a vocation à faire respecter les droits des très nombreuses personnes qui nous interpellent régulièrement à ce sujet“. Un courrier co-signé avec l’association Résistance à l’agression publicitaire a par ailleurs été envoyé ce jour à la ministre Brune Poirson afin de lui demander notamment de rappeler la loi aux grandes sociétés de la restauration, de l’alimentation, de l’ameublement et de l’immobilier, régulièrement en tête des classements des enseignes identifiées comme non respectueuses de ce message.

Intermarché répond point par point

Face à cette procédure, l’enseigne des Mousquetaires a réagi, rappelant tout d’abord que cette action ne concerne que certains magasins situés dans l’Est de la France. Elle souligne également que cette procédure n’est en aucun cas une directive de l’enseigne auprès de ses indépendants. Elle précise, aussi et surtout, que la distribution des imprimés publicitaires se fait le plus souvent - et c'est le cas ici- par le biais de prestataires. « Si l’enquête de Zero WAste a constaté un dysfonctionnement dans un magasin, Intermarché va y remédier dans les meilleurs délais », assure encore le distributeur.

Des procédures existantes sur le respect du « stop pub »

Intermarché rappelle en outre que les prestataires de distribution de ces courriers non adressés sont formés dès l’embauche à la gestion des Stop pub et la nécessité de les respecter lors de ses tournées de distribution, ce qui fait d'ailleurs l'objet d'une charte de bonne conduite des usages de distribution. Toujours selon cette charte qui régit la profession, en cas de réclamation, le salarié du prestataire est convoqué à un entretien au cours duquel les consignes de distribution et de respect des Stop pub lui sont rappelées. La zone concernée est en parallèle systématiquement vérifiée après réception de la réclamation.

Les Français boudent de plus en plus ces courriers…

Pour rappel, ce phénomène Stop pub, soutenu par le Ministère de la transition écologique à des fins environnementales, concernerait, selon une étude publiée en 2015 par Bonial, 14 % des foyers français (sur un panel de 5100 personnes sondées). 18 % d’entre elles se déclarent également désireuses d’apposer cette étiquette pour se débarrasser de ces documents au sein de leur boite aux lettres.

… mais les distributeurs peinent à s’en affranchir

Ce support constitue toujours, pour autant, une arme massive de communication pour les enseignes, qui y étalent leurs promotions pour attirer la clientèle en magasin. Cependant, quelques initiatives, via le digital, commencent à germer pour sortir de cette distribution  massive de prospectus.

Carnet des décideurs

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA