Exclusif LSA: La moitié des ex-Schlecker ne seront pas reconvertis en magasins U

|

Le pari de transformer la grande partie des 139 magasins ex-Schlecker en magasins de proximité Utile ne sera tenu qu’à moitié. 68 unités ont bel et bien été converties ou sont en passe de l’être dans le sud de la France, avec un succès commercial à la clé. En revanche, 67 à 70 magasins vont finalement fermer, et un plan de sauvegarde de l’emploi est déclenché chez UP Sud, l’entité co-détenue par les ex-cadres dirigeants de Schlecker France et par U.  220 des 650 anciens salariés de Schlecker sont concernés.

Le Utile d'Anacharsis, à Marseille, ouvert en 2012, était le premier ex-Schlecker reconverti.
Le Utile d'Anacharsis, à Marseille, ouvert en 2012, était le premier ex-Schlecker reconverti.

En novembre 2012, le premier magasin ex-Schlecker transformé en "Utile", le format de proximité de Système U, ouvrait ses portes dans le centre-ville de Marseille. Un peu moins de deux ans plus tard, ce sont 60 magasins Schlecker qui ont changé de bannière, sur les 139 qui appartenaient au droguiste allemand, victime d'une faillite retentissante en janvier 2012. Huit sont actuellement en travaux, pour être reconfigurés, eux aussi, en "Utile", et deux ou trois autres pourraient les imiter prochainement.

Le pari des ex-cadres dirigeants de Schlecker

Pour mémoire, lors de la faillite de Schlecker (139 magasins et 750 emplois en France), en janvier 2012, les magasins avaient été rachetés par quatre anciens dirigeants de Schlecker France, qui faisaient le pari de négocier avec une enseigne. En août de la même année,  ces dirigeants « topaient » avec Système U Sud, aboutissant à la création d’U Proximité Sud (UP Sud). Une entité dans laquelle on retrouve aussi la coopérative Le Mistral, ralliée à U en 2010. L’objectif optimiste, avancé alors, est de convertir la majeure partie des 139 points de ventes Schlecker en Utile.

Un projet qui ne va finalement aboutir qu’à moitié. Pour des raisons diverses, les magasins qui ne sont pas encore transformés ne peuvent finalement changer de bannière, tandis que les pertes d’exploitation se creusent. "Certains se trouvent dans des zones de chalandises saturées, tandis que, dans d’autres cas, les bailleurs ont refusé de renégocier les loyers ou de passer d’un bail spécialisé à un bail alimentaire", explique à LSA Michel Rubino, président d’UP Sud.

Résultat, 67 à 70 d’entre eux s’apprêtent à définitivement baisser le rideau ou ont déjà fermé. Certains se trouvaient notamment à proximité d’un magasin U déjà existant.

 Lourdes pertes d’exploitation

Autre conséquence de ces pertes d’exploitation chez UP Sud, la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi. Ce PSE, signé par la direction et les syndicats (CGT, CFTC, CFDT), et validé par la Direccte (direction du Travail), concerne 220 postes sur 625 chez UP Sud, sachant que les dégâts sociaux avaient été limités après la faillite, 12 emplois ayant disparu.

Concrètement, UP Sud affirme dans un communiqué diffusé fin juin que, dans le cadre de ce PSE, « chaque salarié concerné recevra une offre de reclassement », du fait de trois séries de mesures. Des mesures de reclassement interne, mutation, et création de postes en points de vente, d’abord, concerneront 120 postes. Des mesures de reclassement, ensuite, sont proposées au personnel du siège et de l’entrepôt, soit 37 postes. Enfin, le PSE prévoit des possibilités de reclassement externe, avec l’appui d’un cabinet spécialisé, "pour 41 postes à ce jour".

"Dans les Utile, le chiffre d’affaires a doublé"

Du côté des 68 magasins transformés, en revanche, l’avenir se dessine sous de meilleurs auspices. "Depuis le passage en Utile, le chiffre d’affaires a bondi et a même doublé dans certains points de vente", affirme Michel Rubino.  

Actuellement, ces magasins sont gérés en intégrés par UP Sud, tandis que la logistique est opérée par Le Mistral, qui bénéficie du meilleur maillage dans le sud est. "L’objectif, à terme, est que ces magasins deviennent la propriété d’associés U", rappelle le président d’UP Sud. Plusieurs ex-Schlecker aujourd’hui en poste chez Utile auraient d’ores et déjà émis le souhait de devenir associés.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message