Chronodrive a 10 ans : Retour sur le pionnier qui a inspiré Walmart

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le 20 mars, à Marcq-en-Baroeul (Nord), Chronodrive a célébré ses 10 ans d’existence. 

Jean-Philippe Grabowski (à gauche), directeur général de Chronodrive, et Ludovic Duprez, son président et co-fondateur, célèbre les 10 ans de l'enseigne, le 21 mars, à Marcq-en-Baroeul (Nord).
Jean-Philippe Grabowski (à gauche), directeur général de Chronodrive, et Ludovic Duprez, son président et co-fondateur, célèbre les 10 ans de l'enseigne, le 21 mars, à Marcq-en-Baroeul (Nord).© JB Duval

Ludovic Duprez, le co-fondateur de l’enseigne en 2004 et son actuel président, a fait le déplacement spécialement d’Italie, où il vit désormais. Le 20 mars, à Marcq-en-Baroeul (Nord), Chronodrive a célébré ses 10 ans d’existence. "Nous sommes les inventeurs du drive. Cela n’existait nulle part au monde, c’était une première mondiale", tient-il à préciser d’entrée. Accompagné de Jean-Philippe Grabowski, directeur général depuis deux ans, il est revenu sur les étapes clés de sa genèse.

L'option "picking magasin" a été éliminée dès le début

"Tout ce qu’on a pensé sur le papier s’est révélé à 80 % faux, il a fallu tout refaire", raconte le fondateur. Les première enquêtes clients, à partir de 2002, montraient qu’ils ne voulaient  pas acheter de produits frais (légumes, viande, poisson). "On a construit le site web pour tester la formule, on faisait nos courses au Simply de Roncq, se souvent Ludovic Duprez. C’est là que l’on a acquis la conviction que le picking magasin n’était pas une option. Quand vous faites les courses d’une mère de famille dans un magasin qui n’est pas organisé pour, c’est impossible."

Les équipes de Walmart sont venues voir le concept 
Suit l’ouverture officielle, le 4 février 2004… qui tourne au fiasco. Sur à peine une quinzaine de commandes, aucune n’est prête. "On a été trop vite, admet-il. On a fermé et rouvert 10 jours plus tard pour la Saint Valentin. Là, le succès commercial a été rapide avec zéro communication, juste le bouche-à-oreille." Cette fois, les clients sont formels : la formule n‘a aucun intérêt s’ils sont obligés à faire un deuxième arrêt pour terminer leurs courses. Les produits frais sont donc réintégrés à toute vitesse ! Suivra un deuxième Chronodrive en 2006, un troisième en 2007…

En 2013 l’enseigne totalisait 66 points de vente, et elle compte en ouvrir 10 en 2014. "Notre invention est regardée à la loupe depuis l’international, confie Jean-Philippe Grabowski, directeur général. On est souvent contacté par de grandes boîtes. Walmart est venu nous voir peu de temps avant d’annoncer le lancement du concept pour contrer Amazon Fresh."

Un premier test à l'étranger en Italie
Aujourd’hui, Chronodrive aborde une nouvelle ère de maturité du concept. "Nous réfléchissons à son évolution. Le métier du drive n’est pas terminé, il y a des évolutions à venir sur les process, les méthodes de distribution, témoigne Ludovic Duprez. La réalité c’est qu’à comparable, le marché ne progresse plus à  cause de la concurrence." Confiant, il s’attend à une disparition des mauvais sites. "Notre expansion passe par la densification et l’arrivée sur des grandes agglomérations", explique son directeur général. En attendant, Ludovic Duprez s’est installé en Italie pour tester deux Chronodrive près de Milan et Turin, un troisième étant prévu en fin d’année. "Les niveaux sont encore bas mais il ne faut pas oublier qu’en France ils l’étaient également au début", conclut-il. Rendez-vous dans dix ans ?
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA