Julie Ducret met du soleil dans les cosmétiques bio

|

Dossier La fondatrice de Pulpe de Vie a choisi de passer des circuits spécialisés à la grande distribution. En moins de deux ans, la marque est présente dans plus de 600 magasins. La dirigeante est la personnalité de l'année de l'édition 2017 des Trophées LSA de l'Innovation, dans la catégorie Industriel PME-TPE.

Julie Ducret met du soleil dans les cosmétiques bio
Julie Ducret met du soleil dans les cosmétiques bio© © Juliette Collodin/Pulpe de vie

La grande distribution peut être une vraie chance pour les très petites entreprises (TPE). En vendant sa marque Pulpe de Vie en GMS plutôt qu’en circuits spécialisés bio, Julie Ducret a fait un choix audacieux en 2015. En effet, dans le premier circuit, les cosmétiques bio restent un marché de niche. Toutefois, depuis deux ans, les rotations des références bio progressent, et l’hygiène-beauté bio explose cette année : + 24 % en valeur sur les sept premiers mois de l’année en hypers et supermarchés (LSA n° 2475).

La fondatrice et dirigeante a donc décidé de changer de stratégie au bon moment. En moins de deux ans, la marque a fait son apparition dans quelque 600 points de vente. « Nous sommes passés de 140 000 € de chiffre d’affaires avant l’entrée en GMS à 700 000 euros », se réjouit Julie Ducret. 

Il faut dire que Julie Ducret connaît bien le circuit des GMS : avant de créer son entreprise, elle a réalisé toute sa carrière au sein d’acteurs majeurs des PGC tels Henkel et PepsiCo. Une expérience marketing qui l’a aidée à développer le concept de « cosmétiques bonne humeur », ADN de Pulpe de Vie.

De l’Afrique à la Provence

« Des dix années passées pendant mon enfance et mon adolescence au Sénégal, j’ai gardé le goût du soleil, la joie de vivre. Proposer des cosmétiques “antiblues”, c’était vraiment l’idée de départ. Le bio, c’était une évidence. Je revenais d’une année sabbatique en Amérique du Sud où j’avais rencontré des chamans. Il y a là-bas un patrimoine naturel précieux. Mais en y réfléchissant, plutôt que d’aller chercher des ingrédients au fin fond de l’Amazonie, j’ai décidé d’utiliser des produits locaux du sud de la France où je m’étais installée. C’est pourquoi les cosmétiques Pulpe de Vie sont à base de fruits », explique Julie Ducret.

Un sourcing local, une fabrication française, des textures et parfums gourmands… des recettes qui plaisent aux consommateurs. Cette année, Pulpe de Vie a ajouté trois nouveautés à son offre et va accélérer en 2018. « Nous venons de boucler une levée de fonds afin de soutenir notre plan d’innovation et lancer 14 nouveautés l’an prochain. Nous sommes aussi en train de nous doter d’une force de vente externalisée de 150 personnes et nous en recruterons quatre autres d’ici à un an. Nous allons aussi déployer un plan d’action sur le digital », annonce Julie Ducret. Ce mois-ci, Pulpe de Vie va mettre en ligne une nouvelle version de son site internet.

En dates

  • 1976 Naissance à Paris
  • 2000 Diplôme en marketing à l’ESC de Rouen
  • 2000-2003 Occupe différents postes au marketing chez Schwarzkopf
  • 2003-2008 Chef de marque chez PepsiCo (soft-drinks puis Bénénuts)
  • 2009 Crée Pulpe de Vie
  • Avril 2010 Référencement chez Beauty Monop et Biocoop
  • Juin 2013 Les formules deviennent 100 % naturelles ou bio
  • 2015 Arrivée de Pulpe de Vie en GMS

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2486-2487

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message