Le conseil d’administration de Darty dit oui à l’offre de Conforama

|

Dossier Darty et Conforama, par la grâce d'un communiqué commun, annoncent avoir trouvé un accord quant à leur projet de rapprochement. Une manière, en somme, d'éconduire la Fnac. A moins que cette dernière ne se décide à surenchérir, évidemment.

Darty, convoitée par la Fnac et par Conforama, annonce préférer l'offre de cette dernière.
Darty, convoitée par la Fnac et par Conforama, annonce préférer l'offre de cette dernière.

Leçon à retenir, pour la Fnac : un mariage n’est jamais scellé tant qu’il n’a pas été officiellement célébré… A fortiori quand la future se fait visiblement un malin plaisir à jouer de ses charmes.Darty, par l’intermédiaire de son conseil d’administration, dit donc oui à l’offre de rachat émise par le groupe Steinhoff (Conforama), apprend-on par la grâce d’un communiqué commun, envoyé par Darty et Conforama.En soi, évidemment, tout sauf une surprise : l’offre de Steinhoff est supérieure à celle de la Fnac et, surtout, annoncée en numéraire à 100% quand la Fnac mixe argent sonnant et trébuchant et échange d’actions.

Le poids (subtil) des mots employés

"En conséquence, les administrateurs de Darty n’ont plus l’intention de recommander l’offre de Fnac", lit-on ainsi. Voilà donc le groupe dirigé par Alexandre Bompard répudié comme un malpropre. Sauf qu’évidemment les choses sont un peu plus complexes que cela. En la matière, d’ailleurs, l’intérêt de ce genre de communiqué réside toujours dans les mots employés. "Les administrateurs de Darty ont l’intention de recommander à l’unanimité aux actionnaires de Darty d’accepter l’offre (…) à moins que Fnac n’annonce une offre plus favorable tant sur le plan financier qu’au regard de sa certitude d’exécution", voit-on écrit par ailleurs. Une manière, subtile, de se laisser le temps d’être courtisé encore. Et, bien sûr, de faire monter les enchères.

L'offre de Conforama supérieure à celle de la Fnac

De la part de Darty, une tactique parfaitement menée. L’offre de Conforama valorise en effet Darty à environ 850 millions d’euros quand celle de la Fnac culminait aux alentours de 780 millions d’euros. On dit culminait, oui, et non culmine, car ce "à moins que Fnac n’annonce une offre plus favorable" peut être vu comme un appel du pied à la Fnac pour revoir sa proposition. Reste à savoir si Alexandre Bompard saura (pourra ?) trouver les moyens d’y répondre.
En attendant, "à date du présent communiqué", soit le 18 mars 2016, Conforama affirme avoir déjà reçu une lettre d’accord de Schroder Investment Management Limited, portant sur environ 14,14% du capital émis de Darty. La Fnac, de son côté, dans sa dernière communication sur le sujet, le 18 février 2016, à l’occasion de la publication de ses résultats annuels - donc avant l’offre rivale de Steinhoff -, affirmait avoir reçu l’approbation de 23,63% des actionnaires de Darty.

Où penche le coeur de Darty
Reste qu’au-delà de ces considérations numériques les mots, encore une fois, prennent un sens supérieur. Ainsi, quand Alan Parker, président du conseil d’administration de Darty, prend la parole et explique que "l’offre en numéraire de Steinhoff représente une prime par rapport à la dernière offre de Fnac, une prime de 54% par rapport au dernier cours de clôture avant l’annonce d’un projet d’offre, et offre aux actionnaires de Darty une probabilité de réalisation plus importante", on peut se faire une petite idée de la préférence que peuvent avoir les dirigeants de Darty…

1 commentaire

Kamar

18/03/2016 20h34 - Kamar

Magnifiquement rédigé. Bravo Jean-Noël!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message